Actualités

Coronavirus Covid-19 : quels impacts sur l'économie et l'emploi ?

Tour d'horizon des premiers impacts du coronavirus sur l'économie et l'emploi.

coronavirus

L’épidémie s’est propagée à une majeure partie du globe, impactant fortement des pays essentiels à la croissance internationale

Les principales économies mondiales sont touchées, parmi lesquelles la Chine, le Japon, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, l’Allemagne avec des transmissions communautaires dans chacun de ces pays (sans contact traçable avec une zone où l’épidémie était préalablement déclarée).
Une baisse significative de la demande de ces pays aurait par ailleurs des impacts majeurs sur des pays exportateurs de matières premières. Ceci est d’ailleurs d’ores et déjà le cas avec la baisse brutale de la demande chinoise.

Une épidémie qui se propage sur l’ensemble du globe…

… et impacte les pays moteurs de la croissance internationale

Source : Covid-19: Facts and Insights, McKinsey, 28/02/20


Un poids de la Chine dans l’économie mondiale qui a explosé sur 20 ans et une place de plus en plus centrale dans les chaînes de valeur sectorielles expliquent l’impact majeur d’un ralentissement chinois

 

Un impact sur la croissance mondiale chiffré entre 0,5 % et 1,5 % par l’OCDE… faisant surgir des risques importants sur les marchés financiers

Source : OCDE, Coronavirus: the world economy at risk (02/03/2020)

 

Les impacts possibles par secteur

Scénarios d’évolution possibles - des variables clefs fortement liées les unes aux autres

 

Quel rebond attendre post-épidémie ?

La question de la forme du rebond à attendre post-épidémie concentre également les travaux des économistes avec, selon la Harvard Business Review (Philipp Carlsson-Szlezak, Martin Reeves et Paul Swartz, 03/03/2020), trois options génériques concernant l’évolution de la croissance mondiale :

  • une évolution en V lors de l’épidémie de SRAS en 2002 avec une demande en quelque sorte reportée qui redémarrait très fortement dès la fin de l’épidémie ;
  • une évolution en U en cas de reprise limitée de la demande post-épidémie ;
  • une évolution en L supposant des dommages structurels portés à l’économie (faillites significatives, confiance des consommateurs qui reste basse post-épidémie…).

Selon ces auteurs, l’économie mondiale avait suivi une évolution en V à la suite de l’ensemble des épidémies internationales depuis le début du 20e siècle (grippe espagnole en 1918, grippe asiatique en 1968 et SRAS en 2002).

Des conséquences de plus long terme peuvent surgir des grandes crises épidémiques comme le Covid-19, parmi lesquelles :

  • une digitalisation croissante du commerce (l’épidémie de SRAS avait par exemple accéléré fortement la croissance d’Alibaba en Chine) ;
  • une refonte éventuelle des chaînes de valeur avec une fragmentation régionale déjà poussée sur le plan politique.

Mais également des opportunités de relocalisation en Europe ? Notamment dans l’industrie pharmaceutique avec la volonté des autorités publiques de relocaliser la production d’actifs pharmaceutiques, aujourd’hui réalisée à près de 80 % hors UE, et de limiter les risques de pénurie en Europe.

Partagez cet article !