Actualités

De nouveaux défis pour un secteur HLM profondément transformé

Concentration à marche forcée, mise sous tension des organisations, modèle économique transformé, le secteur HLM doit désormais jouer un rôle moteur dans la rénovation énergétique des logements en France.

logement social


Les mesures imposées aux bailleurs sociaux lors du quinquennat qui vient de s’achever ont accéléré la concentration du secteur. Le seuil des 12 000  logements imposé aux organismes a poussé aux mariages plus ou moins forcés (fusions/ absorptions, SAC 1, pactes d’actionnaires), avec des conséquences sur la mutualisation des organisations qui n’ont pas encore partout été mises en œuvre, sur fond de transformation numérique.

En outre, les grands groupes, en particulier CDC Habitat et Action Logement, ont tissé un réseau de partenariats, avec des acteurs plus petits et locaux, comme les OPH2, qui pourraient se révéler déséquilibrés. La réduction de loyers de solidarité, avec d’autres mesures économiques, transforme le modèle économique des organismes. La vente devient stratégique, la recherche de financement de marché importante et l’endettement s’allonge. Et le coup de frein aux dépenses d’entretien du patrimoine et de construction de logements neufs est brutal.

La loi Climat et Résilience de 2021 et le nouveau diagnostic de performance énergétique imposent pourtant une nouvelle injonction au secteur HLM : investir massivement dans la rénovation énergétique. Mais à l’orée d’une mandature frappée d’incertitude sur la politique publique du logement, l’inflation des coûts de construction, la hausse des taux d’intérêt, une évolution possible du livret A, compliqueront encore le pilotage économique des bailleurs sociaux.

Nous vous proposons dans ce 4 pages un bilan des dernières réformes et des clés de lecture pour éclairer les représentants du personnel sur les évolutions du secteur HLM.

Partagez cet article !