Études

Agroalimentaire et emploi

Faire entrer de nouveaux talents et gérer une main-d’œuvre vieillissante: les deux faces d’une même médaille. Syndex recense dans une étude les bonnes pratiques pour rendre le secteur agroalimentaire plus attrayant.

Page de garde de l'étude

 

FOODDRINKEUROPE , l’organe représentatif de l’industrie alimentaire en Europe (25 fédérations alimentaires nationales, dont 2 observateurs, 26 associations sectorielles européennes et 19 entreprises alimentaires majeures), et EFFAT , la Fédération européenne des syndicats des secteurs de l’alimentation, de l’agriculture et du tourisme (120 syndicats nationaux de 35 pays européens), ont fait appel à l'expertise de Syndex Europe pour étudier les pratiques des entreprises européennes permettant de concilier emploi durable et compétitivité.

Une boîte à outils pour développer les bonnes pratiques

En effet, le secteur agroalimentaire faisait montre de difficultés à recruter de nouveaux talents. Syndex, en partenariat avec le cabinet allemand Wilke Maack, propose une « boîte à outils » pour développer et étendre ces bonnes pratiques aux entreprises du secteur.

Lutter contre les préjugés

Le document de synthèse produit insiste ainsi sur l'importance de l'anticipation des compétences à recruter, de l'évaluation des compétences locales et du renforcement des partenariats avec les organismes de formation locaux. L'importance du rôle des organisations syndicales est également mis en avant dans la lutte contre les préjugés qui touchent le secteur.

Recruter plus de femmes et de travailleurs immigrés

L'étude recommande également l'accentuation du recrutement des femmes, particulièrement sous-représentée dans les grandes entreprises du secteur, ainsi que celui des travailleurs immigrés souvent suffisamment qualifiée pour nombre de postes du secteur.

Améliorer la qualité de vie au travail et instaurer des conditions respectueuses des catégories d'âge 

Par ailleurs, le document insiste également sur le renforcement des politiques de qualité de vie au travail, en particulier l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. La prévention du risque et la réduction du stress sont aussi visées bien sûr, ainsi que le développement du mentorat et l'attribution de jours de congés payés supplémentaires pour les travailleurs approchant de la retraite.

Retrouvez toutes les propositions dans le document de synthèse ci-contre.