Actualités
Dossier : Syndex Transports - Surveillance numérique

Vu d’ailleurs : la surveillance permanente des conducteurs aux États-Unis

Ils s’appellent Lytx, Lightmetrics ou Driveroo et proposent largement leurs services de télématique aux entreprises de transport outre-Atlantique. Lytx équiperait plus de 1,5 million de véhicules. Driveroo, un des derniers acteurs en date, équipe les véhicules d’Amazon US.

Service télématique dans une cabine de poids lourd américain

Ce sont initialement des considérations de sécurité routière qui ont favorisé l’essor des boîtiers télématiques dans l’habitacle des poids lourds avec le soutien des assurances et des pouvoirs publics. En plus de centraliser toutes les données du véhicule, la plupart des boîtiers sont équipés d’un microphone, d’un haut-parleur et surtout d’un système de double caméra : l’une pointant sur le conducteur et l’autre sur la route.

La télématique constitue à plusieurs égards une rupture par rapport à la digitalisation « ancienne génération » des véhicules. Jusqu’à présent l’analyse des données produites par le véhicule se faisait de manière ponctuelle et a posteriori. À l’inverse, les boîtiers télématiques analysent en continu et en temps réel les données du véhicule pour anticiper les situations à risques. Dès lors, les boitiers de télématique « réagissent » aux situations à risques en les signalant automatiquement à l’entreprise et/ou en interpelant le conducteur. En effet, la plupart des systèmes de télématique « parlent » et « donnent » des injonctions aux conducteurs pour qu’ils adaptent leur conduite à la situation identifiée par le logiciel. Les comportements « à risques » sont automatiquement transmis à l’employeur. Des licenciements ont lieu aux États-Unis sur la base de données fournies par ces boîtiers.

LE SALARIÉ PEUT AVOIR À SE JUSTIFIER

En effet, en cas de divergence d’appréciation entre le boîtier et le salarié, c’est au salarié de se justifier auprès de sa hiérarchie. Ainsi ces boîtiers intelligents sont plus qu’une assistance à la conduite, car ils prescrivent à tout instant au salarié le bon comportement à adopter sous peine de sanctions. Avec la télématique, les règles de « bonne conduite » ne sont plus définies par le législateur ou la profession, mais par le prestataire informatique.

BOÎTIERS ÉVALUATEURS

Or les boîtiers évaluent la conduite des salariés sur la base de règles en constante évolution. Les algorithmes analysent les millions d’heures d’enregistrement accumulées pour (re-)définir en permanence ce qu’est une situation à risques ou une situation sous-optimale. Car les applications de la télématique vont aujourd’hui au-delà de la sécurité routière, et les prestataires de télématique vendent aux entreprises du secteur l’écoconduite ou la maintenance prédictive. Les salariés peuvent donc être sanctionnés par le boîtier télématique pour non-respect de normes supra légales, telle qu’une conduite insuffisamment écologique. Aux États-Unis, les boîtiers proposent même à l’employeur de classer les salariés selon leur performance...

Partagez cet article !